Accès Membres

Recherche

Manifestations

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Inhibiteurs de tyrosine kinase et carcinome médullaire de la thyroïde : résultats encourageants pour le cabozantinib
Léopoldine Bricaire (Paris) 

Le carcinome médullaire de la thyroïde (CMT) est rare mais peut être agressif avec une survie globale à 10 ans dans les formes localement avancées ou métastatiques de moins de 40 %. Les chimiothérapies cytotoxiques et la radiothérapie n'ont pas montré d'efficacité durable dans les formes agressives.
Les inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK), notamment le vandétanib, ciblant des acteurs spécifiques des voies de signalisation impliquées dans la tumorigénèse de ces cancers, ont déjà montré des effets bénéfiques chez ces patients (1).
Le cabozantinib (XL-184) est un ITK ciblant le récepteur à activité tyrosine kinase RET, le récepteur c-MET et le récepteur de type 2 du facteur de croissance endothélial VEGFR2.

Une étude publiée récemment dans le Journal of Clinical Oncology rapporte les résultats d'une phase III randomisée en double aveugle menée de septembre 2008 à février 2011, comparant l'efficacité d'un traitement par cabozantinib versus placebo chez 330 patients atteints de CMT non résécables métastatiques ou localement avancés (2).
La survie sans progression médiane (évaluation radiologique selon critères RECIST) était significativement meilleure chez les patients traités par cabozantinib par rapport au groupe placebo : 11,2 mois versus 4 mois. À un an, la proportion de patients en vie sans progression était de 47,3 % dans le groupe cabozantinib versus 7,2 % dans le groupe placebo. Le taux de réponse objective a pu être évalué radiologiquement à 28 % dans le groupe cabozantinib versus 0 % dans le groupe placebo.

Les effets secondaires les plus fréquents étaient diarrhées, érythro-dysesthésies palmo-plantaires, fatigue, hypertension, hémorragie, fistule, perforation digestive, classiquement décrits sous traitements par anti-VEGF ou les autres ITK. Les effets indésirables de grade 3 et 4 ont été rapportés chez 69 % des patients traités par cabozantinib versus 33 % des patients sous placebo.


La population de cette étude était à l'inclusion à un stade de la maladie plus avancé que dans l'étude de Wells et al (1) qui avait comparé l'effet du vandétanib à un placebo pour des patients atteints de CMT non résécables métastatiques ou localement avancés, mais dont le critère de progression de la maladie selon les critères RECIST n'était pas requis à l'inclusion.


Sous réserve de l'obtention d'une autorisation de mise sur le marché, le cabozantinib pourrait être le second ITK dans l'arsenal thérapeutique des CMT localement avancés ou métastatiques en
progression.

Références bibliographiques

Wells SA Jr, Robinson BG, Gagel RF et al. Vandetanib in patients with locally advanced or metastatic medullary thyroid cancer: a randomized, double-blind phase III trial. J. Clin. Oncol. 2012;30:134-141. Elisei R, Schlumberger MJ, Müller SP et al. Cabozantinib in Progressive Medullary Thyroid Cancer. J. Clin. Oncol. 2013;31:3639-3646.